Jour 7 : l’Annonciation

Depuis la visite de l’Ange à Joseph, six jours se sont écoulés, que vous avez bien voulu passer avec nous. Paraît le septième jour… Jour du repos de Dieu dans sa créature la plus aboutie, la Vierge Marie.

1. Signe de croix

Au nom du Père et du fils et du Saint-Esprit. Amen.

2. Silence

(Je me recueille en marquant un temps de silence où je me mets en présence de Dieu qui est présence)

3. Entrons dans la prière de l’Église

Mercredi, jour des enfants… Si nous avons la chance d’avoir autour de nous un ou plusieurs enfants, nous pouvons les inviter à nous rejoindre et les introduire dans notre prière à travers ce chant de l’Angelus.

Sinon, nous offrons ce temps de prière pour les enfants du monde et leurs familles. Nous pensons à l’une ou l’autre situation particulière que nous aimerions confier à l’intercession de Marie.

Source : Emmanuel Music

La Prière de l’Angélus

V. L’ange du Seigneur apporta l’annonce à Marie
R/ Et elle conçut du Saint-Esprit.

Je vous salue Marie, pleine de grâce,
Le Seigneur est avec vous,
Vous êtes bénie entre toutes les femmes,
Et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie, mère de Dieu,
Priez pour nous, pauvres pécheurs,
Maintenant, et à l’heure de notre mort.

V. Voici la Servante du Seigneur
R/ Qu’il me soit fait selon votre parole.

Je vous salue Marie…

V. Et le Verbe s’est fait chair
R/ Et il a habité parmi nous.

Je vous salue Marie…

V. Priez pour nous, sainte Mère de Dieu
R/ Afin que nous soyons rendus dignes des promesses du Christ.

Prions :
Que ta grâce, Seigneur, se répande en nos cœurs. Par le message de l’ange, tu nous as fait connaître l’Incarnation de ton Fils bien aimé, conduis-nous, par sa passion et par sa croix jusqu’à la gloire de la résurrection. Par le Christ, notre Seigneur.

R/ Amen.

4. Évangile

Évangile de Jésus-Christ selon saint Luc (1 /26-38)

En ce temps-là,
    l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu
dans une ville de Galilée, appelée Nazareth,
    à une jeune fille vierge,
accordée en mariage à un homme de la maison de David,
appelé Joseph ;
et le nom de la jeune fille était Marie.
    L’ange entra chez elle et dit :
« Je te salue, Comblée-de-grâce,
le Seigneur est avec toi. »
    À cette parole, elle fut toute bouleversée,
et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation.
    L’ange lui dit alors :
« Sois sans crainte, Marie,
car tu as trouvé grâce auprès de Dieu.
    Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ;
tu lui donneras le nom de Jésus.
    Il sera grand,
il sera appelé Fils du Très-Haut ;
le Seigneur Dieu
lui donnera le trône de David son père ;
    il régnera pour toujours sur la maison de Jacob,
et son règne n’aura pas de fin. »
    Marie dit à l’ange :
« Comment cela va-t-il se faire,
puisque je ne connais pas d’homme ? »
    L’ange lui répondit :
« L’Esprit Saint viendra sur toi,
et la puissance du Très-Haut
te prendra sous son ombre ;
c’est pourquoi celui qui va naître sera saint,
il sera appelé Fils de Dieu.
    Or voici que, dans sa vieillesse, Élisabeth, ta parente,
a conçu, elle aussi, un fils
et en est à son sixième mois,
alors qu’on l’appelait la femme stérile.
    Car rien n’est impossible à Dieu. »
    Marie dit alors :
« Voici la servante du Seigneur ;
que tout m’advienne selon ta parole. »
Alors l’ange la quitta.

     – Acclamons la Parole de Dieu.

5. Commentaire

« Tu es comblée de grâce » , « le Seigneur est avec toi », « tu as trouvé grâce auprès de Dieu! »

Dans le récit de l’Annonciation, Dieu, par son messager, prend l’initiative d’une visite à Nazareth et confie à sa servante une mission inouïe.

Mais l’un des éléments se trouve comme inversé par rapport à beaucoup de situations de l’Ancien Testament dont nous nous souvenons : ce n’est plus Marie qui doit, difficilement, reconnaître son Dieu qui lui parle ; c’est Dieu lui-même qui, par la voix de Gabriel, proclame com­ment elle est connue de lui.

C’est cette assurance donnée par le Seigneur, cette reconnaissance de ce qu’elle est pour lui, comblée de grâce, qui donne à Marie la force et l’audace d’entrer de tout son être dans son plan de salut : l’enfant qu’elle va mettre au monde sera le Fils du Très-Haut ; la puissance de l’Esprit saint la prendra pour cela sous son ombre.

Tout cela sera possible, puisqu’elle est connue, aimée de Dieu et choisie par lui. La grandeur de sa mission pourrait être paralysante, mais Dieu l’a reconnue pour sa servante, et dès lors tout est dit. La révélation qui lui est faite de ce qu’elle est pour Dieu ne troublera ni son humilité ni sa paix, car Dieu, là aussi, prend les devants : « Sois sans crainte, Marie ! »

« Sois sans crainte ! » Cette consigne de l’ange à Marie, cet encouragement du Seigneur à chacun de nous, vient balayer de notre vie bien des réflexes de peur et bien des timidités face à l’œuvre de Dieu. Bien sûr, nous n’avons pas reçu pour mission de modeler au Fils de Dieu un corps humain ; mais une responsabilité très réelle est confiée à toute vraie servante et à tout serviteur de Dieu, en un mot à tous ceux dont le Christ fait son Corps, car rien n’est impossible à Dieu quand il décide de nous associer à la victoire de Jésus et à son œuvre de vie.

« Sois sans crainte ! » , nous redit le Dieu de notre appel ; « écarte de ton cœur tous les retours paralysants sur le passé ; lâche courageusement les misères du présent, que j’ai déjà pardonnées, et détourne tes yeux de toute angoisse pour l’avenir, puisque je suis et serai avec toi ».

Puisque Jésus a pris l’initiative de nous appeler au service du Royaume, puisque sa mission est là, urgente, cachée et splendide, puisque déjà il s’est manifesté et nous a reconnus pour siens, ne craignons pas de redire pour nous-mêmes, au moment de la prière et du fond de notre pauvreté, ces mots de l’ange que Marie la servante a si souvent repris pour en nourrir à la fois son espérance et son humilité :

– Tu es comblée de grâce,
– le Seigneur est avec toi,
– tu as trouvé grâce auprès de Dieu !

(D’après le site Bible et vie monastique)

6. Psaume

R/ Me voici, Seigneur,
je viens faire ta volonté.

Tu ne voulais ni offrande ni sacrifice,
tu as ouvert mes oreilles ;
tu ne demandais ni holocauste ni victime,
alors j’ai dit : « Voici, je viens. »

« Dans le livre, est écrit pour moi
ce que tu veux que je fasse. 
Mon Dieu, voilà ce que j’aime :
ta loi me tient aux entrailles. »

J’annonce la justice
dans la grande assemblée ; 
vois, je ne retiens pas mes lèvres,
Seigneur, tu le sais.

Je n’ai pas enfoui ta justice au fond de mon cœur, 
je n’ai pas caché ta fidélité, ton salut ;
j’ai dit ton amour et ta vérité
à la grande assemblée.

7. Prière

Prière de Charles de Foucauld pour l’Annonciation

« Notre Dame qui, par ton « Oui » a changé la face du monde, prends près de Toi ceux qui veulent dire « oui » pour toujours. Tu sais le prix de ce mot, fais que nous ne reculions pas devant ce qu’il exige de nous ; apprends-nous à le dire comme Toi, dans l’humilité, la simplicité et l’abandon à la Volonté du Père. Demande à ton fils, Jésus, que nos « oui » quotidiens servent plus parfaitement la Volonté de Dieu pour notre bonheur et celui du monde entier. Amen. »

Charles-de-Foucauld.jpg
Bienheureux Charles de Foucauld (Et Maintenant une Histoire)

Prière du Père Charles Delhez pour cette Annonciation 2020

« Marie, Mère de Jésus,
Notre Dame de l’Annonciation,
vois notre humanité inquiète.
Soutiens les personnes angoissées,
donne la main à celles qui sont au seuil du grand passage.
Accompagne les soignants
qui se battent contre la maladie des autres.
Inspire ceux qui mettent en place des solutions,
ceux qui cherchent des remèdes.
Console les isolés,
les personnes qui perdent un être cher,
celles qui ne savent plus que faire.
Aide-nous à garder la confiance,
à prendre soin de nous-mêmes et des autres
dans la solidarité et la fraternité.
Notre Dame de toutes les nuits,
que ton regard lumineux soit notre espérance.
Qu’une humanité nouvelle renaisse de cette épreuve.
Amen. »

8. Communion

Entrons dans une communion de désir en contemplant le “oui” de Marie à l’Annonciation.

Dans son encyclique Ecclesia de Eucharistia (L’Église vit de l’Eucharistie, 2003), le pape Jean-Paul II nous parle de Marie comme “femme eucharistique”, “premier tabernacle de Dieu” :

« En un sens, Marie a exercé sa foi eucharistique avant même l’institution de l’Eucharistie, par le fait même qu’elle a offert son sein virginal pour l’incarnation du Verbe de Dieu.

Tandis que l’Eucharistie renvoie à la passion et à la résurrection, elle se situe simultanément en continuité de l’Incarnation.

À l’Annonciation, Marie a conçu le Fils de Dieu dans la vérité même physique du corps et du sang, anticipant en elle ce qui dans une certaine mesure se réalise sacramentellement en tout croyant qui reçoit, sous les espèces du pain et du vin, le corps et le sang du Seigneur.

Il existe donc une analogie profonde entre le fiat par lequel Marie répond aux paroles de l’Ange et l’amen que chaque fidèle prononce quand il reçoit le corps du Seigneur.

À Marie, il fut demandé de croire que celui qu’elle concevait « par l’action de l’Esprit Saint » était le « Fils de Dieu ». Dans la continuité avec la foi de la Vierge, il nous est demandé de croire que, dans le Mystère eucharistique, ce même Jésus, Fils de Dieu et Fils de Marie, se rend présent dans la totalité de son être humain et divin, sous les espèces du pain et du vin. »

Prononçons intérieurement cet Amen qui nous engage, à la suite de Marie, à lier toute notre existence à celle du Fils de Dieu.

Méditons ce chant, dont les paroles sont inspirées des Fioretti de saint François d’Assise et de son exclamation devant la première crèche de Greccio : Regardez l’humilité de Dieu !

« Admirable grandeur, étonnante bonté du Maître de l’univers, qui s’humilie pour nous au point de se cacher dans une petite hostie de pain.

Regardez l’humilité de Dieu, regardez l’humilité de Dieu, regardez l’humilité de Dieu, et faites-lui hommage de vos cœurs.

Faites-vous tout petits, vous aussi devant Dieu pour être élevés par Lui, ne gardez rien pour vous, offrez-vous tout entiers à ce Dieu qui se donne à vous ! »

Mame – collection Graines de saints.

9. Notre Père

Notre Père, qui es aux cieux,
que ton nom soit sanctifié,
que ton règne vienne,
que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour.
Pardonne-nous nos offenses,
comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés.
Et ne nous laisse pas entrer en tentation
mais délivre-nous du Mal.

Amen.

10. Chant final

« Et tu l’appelleras Jésus, et son nom est Emmanuel »

À demain !

3 commentaires

  1. un immense merci pour ce magnifique temps de prière que vous m’offrez.
    C’est un bon départ pour vivre ce temps de solitude. Une force de vivre en communion .

    Belle fête de l’Annonciation.

  2. “Il existe donc une analogie profonde entre le fiat par lequel Marie répond aux paroles de l’Ange et l’amen que chaque fidèle prononce quand il reçoit le corps du Seigneur.”

    Amen!

    Marie, premier tabernacle de Dieu, la première en chemin, avec toi, notre mère, AMEN spirituel et sacramentel. Amen de communion. Amen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *