Avioth, village de Noël

Comme chaque année, Avioth recrée en ce mois de décembre l’ambiance si particulière des « villages de Noël ». Chalets, décors rustiques accueillent pour un week-end marchands et artisans qui proposent aux curieux de quoi faire rutiler les tables et briller les menus de fête.

Noël dans la basilique

L’abondance est de mise et la musique invite à se « laisser aller ». Nous entrons dans la Basilique. Un havre. Dieu rappelle que Noël est le signe qu’Il se fait proche et s’invite en nos vies. Saurons-nous l’accueillir ? La crèche veut nous faire réfléchir : derrière la Sainte Famille, s’ouvre grand une fenêtre « avec vue très plongeante » sur le Centre de détention. Derrière ces murs aussi, des hommes attendent Celui qui vient pour les sauver. C’est pour nous tous que naît Jésus, c’est par lui que tout se renouvelle.

S’ouvrir aux prisons

Le Secours catholique a organisé une riche exposition, qui rappelle combien l’Église a pu très tôt s’organiser pour visiter les lieux historiques où on enferme l’homme : camps en tous genres, galères… Car là où la justice a dit son mot, sanctionnant le coupable, Dieu veille et prête sa voix à ceux qu’Il envoie en prison annoncer sa miséricorde. De grands noms sont restés, quelques figures de saints : les Pères Lataste, Stocks, Saint Vincent de Paul… Aujourd’hui, l’Aumônerie s’est ouverte aux laïcs. Beaucoup tentent la rencontre avec ces « écorchés » ou avec leurs familles, quand elles arrivent pour les visites. A Montmédy, pour accueillir celles-ci, le Pont-Levis et une petite équipe du Secours catholique s’organisent. Au sommet de la crèche, une banderole nous rappelle cette source évangélique :

« J’étais en prison, et vous êtes venus jusqu’à moi ! »

Évangile selon Saint Matthieu, chapitre 25

Chacun à notre place et à notre façon, puissions-nous nous laisser gagner par cet appel à l’ouverture !

Visiter l’exposition

L’expo « L’Église et les prisons » est visible chaque jour, de 8:00 à 18:00, jusqu’au 22 janvier.
Des cartes de Noël réalisées par les détenus sont en vente au fond de l’église.

Article initialement rédigé pour le bulletin paroissial Communicamédy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *