Jour 13 : « Beaucoup en moururent »

Voilà bien la manière de Dieu : « Le serpent vous mord ? Regardez le serpent ! » Il ne s’agit pas d’éviter ce qui nous tue ou nous fait peur; nous allons au contraire le regarder, l’envisager, et cela sera bénéfique.

1. Chant d’ouverture

2. Signe de croix

Au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit. Amen.

3. Silence

(Je me recueille en marquant un temps de silence où je me mets en présence de Dieu qui est Présence.)

4. Entrons dans la prière de l’Église

« Seigneur, accorde-nous la grâce de persévérer dans ta volonté ; afin qu’au long des jours, le peuple dévoué à ton service augmente en nombre et grandisse en sainteté. Accorde-nous patience et fidélité afin que nous puissions voir ta bonté sur la terre des Vivants. Pardonne nos récriminations contre Toi. Nous te le demandons par Jésus, le Christ, élevé sur le bois de la croix, qui vit et règne avec Toi dans l’unité de l’Esprit, pour les siècles des siècles. Amen. »

5. Prière pénitentielle

Nous sommes le peuple de la longue marche
Peuple des chrétiens, peuple de frères
Nous sommes le peuple de la nouvelle Alliance
Un peuple appelé à la liberté

1. Nous continuons la caravane des peuples de la longue nuit, derrière notre Père Abraham, guidés par le vent de l’Esprit !

2. La mer a été traversée : Moïse a sauvé tout son peuple.
La mort a été renversée : Christ nous donne la liberté !

3. Les boiteux rentrent dans la danse, les lépreux ont été guéris; les muets chantent l’Espérance, les morts-vivants reprennent vie !

4. Peuples chantez votre louange, chantez un cantique nouveau, chantez le cantique des anges, bâtisseurs d’un Monde Nouveau !

Pardon, Seigneur, pour ces longues nuits de nos indifférences, où nous nous sommes laissés guider par le vent de nos envies, de nos besoins immédiats.

Pardon, Seigneur, pour ces marches de libération dans lesquelles souffrent encore beaucoup de peuples aujourd’hui. Pardon pour nos tolérances à ces tyrans qu’on laisse en place.

Pardon pour ces boiteux que nos sociétés ne laissent pas rentrer dans la danse et pour ceux qui crient sans être entendus.

Pardon pour nos surdités qui nous empêchent de nous mêler au cantique de tes louanges. Pardon pour nos désertions sur les chantiers du Monde Nouveau.

6. Texte biblique

Lecture du livre des Nombres

En ces jours-là, les Hébreux quittèrent Hor-la-Montagne par la route de la mer des Roseaux, en contournant le pays d’Édom.

Mais en chemin, le peuple perdit courage. Il récrimina contre Dieu et contre Moïse : « Pourquoi nous avoir fait monter d’Égypte ? Était-ce pour nous faire mourir dans le désert, où il n’y a ni pain ni eau ? Nous sommes dégoûtés de cette nourriture misérable ! » 

Alors le Seigneur envoya contre le peuple des serpents à la morsure brûlante, et beaucoup en moururent dans le peuple d’Israël.


Le peuple vint vers Moïse et dit : « Nous avons péché, en récriminant contre le Seigneur et contre toi. Intercède auprès du Seigneur pour qu’il éloigne de nous les serpents. »


Moïse intercéda pour le peuple, et le Seigneur dit à Moïse :
« Fais-toi un serpent brûlant, et dresse-le au sommet d’un mât : tous ceux qui auront été mordus, qu’ils le regardent, alors ils vivront ! »
Moïse fit un serpent de bronze et le dressa au sommet du mât.
Quand un homme était mordu par un serpent, et qu’il regardait vers le serpent de bronze, il restait en vie !

– Parole du Seigneur.

7. Commentaire

Texte de l’Ancien Testament … sur lequel s’appuiera Saint Jean dans son Évangile au chapitre 3 : « De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert, ainsi faut-il que le fils de l’homme soit élevé, afin que tout homme qui croit obtienne par lui la vie éternelle » (Jean 3,14) .

Remettons-nous rapidement dans l’histoire : alors qu’ils traversaient le désert, après que le Seigneur les avait fait sortir d’Égypte, les Israélites devinrent impatients et rebelles. Ils en vinrent à parler contre Dieu et contre Moïse. Bien qu’ils aient obtenu une glorieuse victoire, ils parlaient avec mécontentement de ce que Dieu avait fait pour eux, tout en restant méfiants de ce que Dieu ferait pour eux dans le futur. Ils murmuraient contre Dieu ; ils récriminaient contre Dieu et Moïse ! 

Attention à la suite ! « Alors le Seigneur envoya contre le peuple des serpents à la morsure brûlante, et beaucoup en moururent dans le peuple d’Israël. » Si vous êtes tentés de faire le parallèle : « Contre ce monde qui s’est détourné de Dieu, Dieu a envoyé ce coronavirus et beaucoup sont morts dans le Peuple » … Si vous faites ce parallèle, alors vous avez oublié la nouveauté du Christ. Dans le nouveau testament, Dieu n’envoie pas de punition … Il envoie SON FILS, avec cette espérance : « Ils respecteront mon Fils » ; espérance déçue, on le sait, mais, « la pierre rejetée par les maçons est devenue pierre d’angle – c’est la merveille sous nos yeux. » Cette merveille vers laquelle il nous faut lever le regard de notre foi pour accueillir le salut qui nous est donné grâcieusement.

Revenons à ce texte : les serpents font partie du désert, nul besoin de Dieu pour les envoyer. Par contre, Le peuple demande à Dieu de les éloigner. La réponse de Dieu est remarquable : « Mets-le en haut d’un mât et regarde-le en face quand tu seras mordu ». Le salut est dans la confiance en la Parole de Moïse appuyée sur la promesse de Dieu.

Voilà bien la manière de Dieu : « Le serpent vous mord ? Regardez le serpent ! » Il ne s’agit pas d’éviter ce qui nous tue ou nous fait peur; nous allons au contraire le regarder, l’envisager, et cela sera bénéfique. Le lieu qui me tue est aussi le lieu qui me sauve. Encore ici, comme hier, il s’agit de revenir à nos fragilités, pas pour s’y complaire, et pour les contempler, mais pour me redire que c’est là que Dieu vient me visiter, et attendre de Lui le salut. 

Ce serpent de bronze accroché sur un mât rappelle encore le serpent du début enroulé sur un arbre. En écoutant ses démons, le peuple au désert rejoue la scène de Genèse 3, celle du « péché originel » : parler et penser sans Dieu, ignorer délibérément ce que Dieu donne, et se faire à la place son cinéma : on était mieux sous l’occupation soviétique des Égyptiens. « Ces fruits sont bons à manger et beaux à voir. » « Quand on veut le règne du serpent semble dire Dieu, on ne s’étonne pas qu’il nous pique ! »

Mais, la pointe du texte, on l’aura bien compris, n’est pas dans les serpents, mais dans le regard que l’on porte sur ce serpent inoffensif que Moïse a placé en haut du mât. Et pour nous, comme je l’ai suggéré auparavant, la nourriture du texte est de nous inviter à nous tourner vers la nouveauté en Christ. En haut du mât, ce n’est plus un objet symbole de mort, c’est le Fils-livré en qui le lieu de mort devient lieu de Vie. Le lieu de la haine radicale est aussi le lieu de l’Absolu de l’Amour. Dieu, en Christ, réalise la seule merveille qui nous sauve : inscrire l’Amour au cœur même de la mort. « Ils regarderont vers Celui qu’ils ont transpercé. » 

8. Pour méditer

9. Concluons notre prière

Jésus, notre frère, Fils-livré, tu es venu libérer ton peuple de l’esclavage :
R/ Fils de Dieu, élevé sur la croix, sauve-nous !

Souviens-toi de ton Église pour qui tu t’es livré à la mort :
— sanctifie-la par ta Parole, purifie-la dans la pénitence; qu’elle ne cesse de lever vers Toi le regard de sa foi.

Donne à ceux qui te cherchent de te trouver,
— à ceux qui t’ont trouvé de te chercher encore; À ceux qui se découragent, accorde l’élan d’un renouveau

Rappelle-toi ta pitié pour la foule au désert,

Accueille nos récriminations contre Toi
— guéris les détresses du corps et de l’âme.

    Apaise nos impatiences.

Accorde à ceux qui meurent le salut et la paix,
— et à nous, de les rejoindre un jour.

10. Notre Père

Notre Père, qui es aux cieux,
que ton nom soit sanctifié,
que ton règne vienne,
que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour.
Pardonne-nous nos offenses,
comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés.
Et ne nous laisse pas entrer en tentation
mais délivre-nous du Mal.

Amen.

11. Chant final

À demain

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *