Jour 26 : Lundi de Pâques


(Pour écouter la brève introduction de l’Abbé Vannesson, cliquez sur la flèche. )


Je voudrais vous remercier, vous toutes et tous, qui priez avec nous depuis 26 jours. Communauté invisible, mais porteuse des fruits que le Seigneur a bien voulu répandre. Grâce à vous, la prière a pétri un peu plus ma vie, et a fait descendre la Parole un peu plus en mon cœur.

Samedi soir, à 21 h, j’ai célébré la vigile pascale. J’ai pris le temps de relire tous ces textes que la liturgie nous propose pour nous faire revisiter la force de la fidélité de Dieu tout au long de l’histoire des Hommes, et sa tendresse, parfois douloureuse, pour son Peuple choisi. Puis l’annonce de la Pâques qui met le point d’orgue à sa volonté d’accomplir la création et l’histoire.

Hier matin, à 10 h 30, j’ai célébré l’eucharistie. J’ai repris une bonne partie de ce que je vous avais proposé pour la prière : l’exultet – le gloire à Dieu – le chant après l’Évangile – le chant final. Tout cela a résonné dans l’église (j’avais mis en place la sonorisation !). J’ai même, en guise d’homélie, laissé se dérouler le message de Pâques que j’avais proposé en introduction à la prière.

Hier soir, comme ce matin, je n’ai pas célébré seul. Le Christ nous rassemblait pour nous offrir à son Père. La distanciation sociale n’était pas de mise pour ce moment de communion. Au moment de partager la paix, c’est en écoutant le « Evenou shalom alerem » que j’ai demandé au Seigneur de la répandre en vos cœurs et au cœur de tous les Hommes.

Je voulais partager avec vous ces deux beaux moments où le Ressuscité nous a tenu dans sa communion.

« Le-Seigneur-est-mon-étendard »

Moïse bâtit un autel et l’appela : « Le-Seigneur-est-mon-étendard. »

Pour ce matin, je voudrais faire un pas de côté par rapport aux propositions que nous fait la liturgie pour vous proposer un texte que je porte (ou qui me porte) depuis quelques jours. Vous le trouverez au livre de l’Exode, au chapitre 17.

1. Signe de croix

Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Amen.

2. Silence

Je fais silence pour me mettre en présence de Dieu qui est « JE SUIS ».

3. Lecture biblique

Lecture du livre de l’Exode, chapitre 17

08 Les Amalécites survinrent et attaquèrent Israël à Rephidim.
09 Moïse dit alors à Josué : « Choisis des hommes, et va combattre les Amalécites. Moi, demain, je me tiendrai sur le sommet de la colline, le bâton de Dieu à la main. »
10 Josué fit ce que Moïse avait dit : il mena le combat contre les Amalécites. Moïse, Aaron et Hour étaient montés au sommet de la colline.
11 Quand Moïse tenait la main levée, Israël était le plus fort. Quand il la laissait retomber, Amalec était le plus fort.
12 Mais les mains de Moïse s’alourdissaient ; on prit une pierre, on la plaça derrière lui, et il s’assit dessus. Aaron et Hour lui soutenaient les mains, l’un d’un côté, l’autre de l’autre. Ainsi les mains de Moïse restèrent fermes jusqu’au coucher du soleil.
13 Et Josué triompha des Amalécites au fil de l’épée.
14 Alors le Seigneur dit à Moïse : « Écris cela dans le Livre pour en faire mémoire et déclare à Josué que j’effacerai complètement le souvenir d’Amalec de dessous les cieux ! »
15 Moïse bâtit un autel et l’appela : « Le-Seigneur-est-mon-étendard. »
16 Et il dit : « Puisqu’une main s’est levée contre le trône du Seigneur, le Seigneur est en guerre contre Amalec, de génération en génération. »

4. Commentaire

La victoire s’obtient grâce à ceux qui sont dans la plaine – on dirait aujourd’hui « en première ligne » – et ceux qui sont sur la montagne. Et encore, sur la montagne, on voit celui qui lève les mains, et ceux qui soutiennent celui qui lève les mains. Tous mènent le même combat. En fait, c’est Dieu qui combat : « Le Seigneur est en guerre contre Amalec de génération en génération. »

Il y a des moments où nous nous battons dans la plaine, en première ligne ; il y a ces moments où nous montons sur la colline de la prière : nous ne lâchons pas le combat. C’est un retrait… mais qui nous met au cœur des événements. Un cœur à cœur avec Dieu, pour un corps à corps avec l’Amalec d’aujourd’hui.

Seigneur, donne-nous de vivre notre temps de prière en solidarité avec celles et ceux qui se battent en première ligne. Seigneur, donne-nous de tenir notre place de priants jusque dans la fatigue, même quand nous avons envie de « baisser les bras de la prière. »

Si Josué s’était coupé de Moïse, s’il avait fait plus confiance à son épée qu’au bâton que Moïse tenait dans sa main levée, il n’aurait jamais obtenu la victoire.

Si Moïse avait voulu descendre dans la plaine, sous prétexte qu’un bâton est inutile en face d’Amalec; s’il avait voulu descendre dans la plaine parce qu’il supportait mal de ne pas être en première ligne; si Moïse avait rêvé de grands exploits guerriers : il aurait conduit à l’échec tous les efforts de l’armée de Josué.

Seigneur, donne-moi de savoir tenir ma place et d’y mettre toute mon énergie. Ne me laisse pas entrer dans les rêves de combats plus héroïques. Donne-moi de comprendre qu’à certains moments tu m’attends sur la montagne et que ce n’est pas un confinement confortable.

Moïse est sur la montagne, mais pas pour assister au spectacle de la bagarre, pas non plus pour compter les points. Il ne doit pas lâcher son bâton. Il doit lâcher son égo qui pourrait lui laisser croire que c’est grâce à lui qu’Israël est victorieux !

Seigneur, enseigne-moi la vraie prière, celle qui me fait entrer dans ton combat pour la vie, celle qui me fait tenir à Ta Parole, celle qui soutient et qui a besoin du soutien des autres, celle qui n’est pas une fuite mais qui ne pense pas non plus rendre inutile la responsabilité humaine.

5. Seigneur, apprends-nous à prier !

Évangile selon saint Luc 11, 1-4

Un jour, quelque part, Jésus était en prière.
Quand il eut terminé, un de ses disciples lui demanda : « Seigneur, apprends-nous à prier, comme Jean Baptiste l’a appris à ses disciples. »
Il leur répondit : « Quand vous priez, dites : ’Père, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne. Donne-nous le pain dont nous avons besoin pour chaque jour. Pardonne-nous nos péchés, comme nous-mêmes nous pardonnons à tous ceux qui ont des torts envers nous.
Et ne nous soumets pas à la tentation.’ »

Commentaire

Les deux premières demandes m’invitent à entrer dans le projet de Dieu. Quand Jésus les prononce, elles ont une vraie résonance dans sa vie : Il conduit sa vie en sorte que le nom du Père soit sanctifié. Il agit en sorte que son règne vienne.

La demande suivante reconnaît que Dieu est entré dans le combat des Hommes, qu’Il se soucie de ce qui les fait vivre.

La troisième demande est un engagement solidaire de Dieu et de l’Homme dans le combat le plus exigeant, celui du pardon.

Ne nous laisse pas entrer en tentation : c’est reconnaître que, sans Lui, tous les combats sont perdus. L’Homme est laissé à ses démons.



Prions

Glanées, au hasard, dans les Unes, quelques situations pour lesquelles nous pouvons « lever les mains vers le Seigneur » en union avec celles et ceux qui les vivent « en première ligne ». (Vos préoccupations peuvent vous conduire vers d’autres situations.)

  • L’Union européenne évoque un confinement pour les personnes âgées jusqu’à la fin de l’année.
  • Vendredi saint : Dieu « pleure le fléau qui est tombé sur l’humanité ».
  • Le pape réclame un cessez le feu mondial et l’annulation de la dette des pays les plus pauvres.
  • En Meuse : un appel est lancé à toute personne pouvant fournir du tissu en coton et aux personnes pouvant confectionner des surblouses. Par ailleurs le département a entrepris la fabrication de visières avec les imprimantes 3D des collèges.
  • La liberté religieuse : toujours plus urgent de la défendre !
    Ce droit fondamental est de plus en plus en danger dans de nombreux pays. Les chrétiens sont encore plus nombreux à être touchés par une forte persécution et la pression exercée sur eux est grandissante.
  • Treize migrants irakiens découverts dans un camion dans l’Oise.

6. Oraison

Aujourd’hui, Dieu notre Père, tu nous ouvres la vie éternelle par la victoire de ton Fils sur la mort, et nous fêtons sa résurrection. Que ton Esprit fasse de nous des hommes nouveaux pour que nous ressuscitions avec le Christ dans la lumière de la vie. Lui qui règne.

7. Chant final


À demain !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *