Jour 28 : mercredi de Pâques

Aujourd’hui, avec les enfants qui préparent leur profession de foi, nous devions entamer le deuxième jour de la retraite, à Saint-Walfroy. Temps fort dans un lieu fort, pour que s’enracine la foi. Les circonstances en ont décidé autrement, comme dans toutes les paroisses : la catéchèse est en veilleuse et nous ne savons pas encore comment pourront se célébrer les « fêtes de la foi », qui égaient le printemps chaque année et marquent une étape importante dans la vie des familles.

Nous ne savons pas… C’est bien dans cet état d’esprit que les premiers disciples, Marie-Madeleine, les apôtres et, aujourd’hui, les pèlerins d’Emmaüs, traversent les moments difficiles de l’entre-deux : mais où est-il ? Pourquoi ? Ce n’est pas possible ? Nous ne savons pas, nous ne comprenons pas… Seigneur, que vas-Tu nous répondre ?

1. Signe de croix

Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Amen.

2. Silence

(Je me recueille en marquant un temps de silence où je me mets en présence de Dieu qui est Présence.)

3. Entrons dans la prière de l’Église

« Venez, les bénis de mon Père, dit le Seigneur, recevez en héritage le royaume préparé pour vous depuis la création du monde », ALLELUIA !

Alleluia ! Christ est ressuscité, Il nous donne sa joie !

4. Évangile

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc (24, 13-35)

(Aujourd’hui, c’est une catéchiste d’Étain qui nous lit l’évangile !)

Le même jour (c’est-à-dire le premier jour de la semaine), deux disciples faisaient route vers un village appelé Emmaüs, à deux heures de marche de Jérusalem, et ils parlaient entre eux de tout ce qui s’était passé.
Or, tandis qu’ils s’entretenaient et s’interrogeaient, Jésus lui-même s’approcha, et il marchait avec eux. Mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître. Jésus leur dit : « De quoi discutez-vous en marchant ? » Alors, ils s’arrêtèrent, tout tristes. L’un des deux, nommé Cléophas, lui répondit : « Tu es bien le seul étranger résidant à Jérusalem qui ignore les événements de ces jours-ci. » Il leur dit : « Quels événements ? » Ils lui répondirent : « Ce qui est arrivé à Jésus de Nazareth, cet homme qui était un prophète puissant par ses actes et ses paroles devant Dieu et devant tout le peuple : comment les grands prêtres et nos chefs l’ont livré, ils l’ont fait condamner à mort et ils l’ont crucifié. Nous, nous espérions que c’était lui qui allait délivrer Israël. Mais avec tout cela, voici déjà le troisième jour qui passe depuis que c’est arrivé. À vrai dire, des femmes de notre groupe nous ont remplis de stupeur. Quand, dès l’aurore, elles sont allées au tombeau, elles n’ont pas trouvé son corps ; elles sont venues nous dire qu’elles avaient même eu une vision : des anges, qui disaient qu’il est vivant. Quelques-uns de nos compagnons sont allés au tombeau, et ils ont trouvé les choses comme les femmes l’avaient dit ; mais lui, ils ne l’ont pas vu. » Il leur dit alors : « Esprits sans intelligence ! Comme votre cœur est lent à croire tout ce que les prophètes ont dit ! Ne fallait-il pas que le Christ souffrît cela pour entrer dans sa gloire ? » Et, partant de Moïse et de tous les Prophètes, il leur interpréta, dans toute l’Écriture, ce qui le concernait.

IdRNicFi: I discepoli di Emmaus (Arcabas, 1994)
Arcabas, Les disciples d’Emmaüs

Quand ils approchèrent du village où ils se rendaient, Jésus fit semblant d’aller plus loin. Mais ils s’efforcèrent de le retenir : « Reste avec nous, car le soir approche et déjà le jour baisse. » Il entra donc pour rester avec eux. Quand il fut à table avec eux, ayant pris le pain, il prononça la bénédiction et, l’ayant rompu, il le leur donna. Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent, mais il disparut à leurs regards. Ils se dirent l’un à l’autre : « Notre cœur n’était-il pas brûlant en nous, tandis qu’il nous parlait sur la route et nous ouvrait les Écritures ? » À l’instant même, ils se levèrent et retournèrent à Jérusalem. Ils y trouvèrent réunis les onze Apôtres et leurs compagnons, qui leur dirent : « Le Seigneur est réellement ressuscité : il est apparu à Simon-Pierre. » À leur tour, ils racontaient ce qui s’était passé sur la route, et comment le Seigneur s’était fait reconnaître par eux à la fraction du pain.

5. L’évangile en chanson


R./ Mais reste encore un peu, viens t’asseoir près du feu
Ce feu qui nous rassemble et nous partagerons
Le pain et les chansons : il fait si bon ensemble !

Comme les disciples, nous aimerions te retenir « au coin du feu », dans nos assemblées, nos groupes de vie, nos temps forts de caté… partout où nous sommes si bien ensemble.

1/ Vous n’avez pas compris ce que nous ont écrit les scribes et les sages
Il faut continuer la route commencée jusqu’au bout du voyage.

Vous savez vos origines, mais maintenant, votre destination, c’est l’horizon : au loin devant.
Le Christ prend la route avec nous pour, concrètement, nous mettre en chemin. L’auberge du pain partagé n’est qu’une étape, non une finalité. Et, d’étape en étape, il invite à avancer vers le Royaume que le Père promet.

2/ Avez-vous oublié le message laissé aux hommes de la terre
Il faut porter l’amour sans crainte et sans détour au-delà des frontières.

Dieu est amour, un amour sans frontière. La route va donc être plus longue que ne l’imaginent les disciples.

Le Christ est ressuscité pour tous : pour ceux d’hier, d’aujourd’hui, de demain et pas uniquement pour ceux qui l’ont suivi sur les routes de Palestine. Pas à pas, peu à peu, les disciples vont commencer à le comprendre, à l’accepter, à le vivre, à l’annoncer.

3/ Où avez-vous enfoui ce que disait celui que vous appelez Maître
Il faut parfois souffrir, aller jusqu’à mourir de cette mort à naître.

La route sera difficile avec la souffrance, la contradiction, le rejet dans les bagages. Dans certains pays, l’annonce de l’Évangile mène encore à l’emprisonnement ou à la mort.
Le Christ marche en tête, sa Parole et son Pain nous encouragent quand nos pas deviennent trop lourds.

Le Christ marche à nos côtés, tout à côté, et sa Parole nous évite bien des faux pas.
Le Christ marche derrière nous. Suffisamment loin pour nous laisser l’entière liberté de nos mouvements et suffisamment proche pour nous murmurer sa Parole, tout bas, à l’oreille
, comme une parole d’amour et de confiance.

4/ Et si vous espérez qu’un matin vous verrez le Messie en personne
Il faut chercher plus loin et trouver le chemin qui fait vivre les hommes.

Le quatrième couplet résume, à lui seul, l’espérance chrétienne. Une folie pour ceux qui n’ont pas la foi. Mais si vous espérez, vous déplacerez les montagnes… Si vous espérez, vous verrez le désert fleurir, les chaînes tomber, le fils perdu revenir, la solidarité à tous les étages, le pardon brûler le cœur et déverrouiller les Écritures… Si vous espérez, vous marcherez plus loin que vos peurs et vous pourrez tenir jusqu’au Soleil de Dieu !

6. L’évangile en peinture

Les Pèlerins d’Emmaüs, par Rembrandt (cliquer pour en savoir plus sur le peintre).

Le pèlerin mis au centre du tableau, c’est moi, qui suis lent à croire, qui reste si facilement emmuré dans mes tristesses, dans mes découragements, mes déceptions, tourné vers le passé, que j’idéalise… Mais quand, soudain, sans doute parce que j’ai déposé mon bagage et marqué un temps d’arrêt, parce que j’ai mis cette vie encombrante en pause, soudain, je me laisse toucher par ta présence divine et j’hésite, comme le pèlerin, entre la surprise, l’effarement, la joie et la vénération. Si j’ai été un instant mis au centre par le peintre et… par le Seigneur, c’est pour vivre cet instant comme le lieu et le moment de ma naissance dans la foi : je crois, Jésus, que tu es ressuscité et qu’aujourd’hui, cheminant avec moi, partageant ma vie, tu veux que je devienne ce pèlerin-disciple, toujours envoyé, toujours en route, se recevant toujours nouveau dans le clair-obscur de ta lumière divine.

Credo…

7. Prière d’intercession


R/ Tu es là, au cœur de nos vies, et c’est Toi qui nous fais vivre,
Tu es là, au cœur de nos vies, bien vivant, ô Jésus-christ !

Or, tandis qu’ils parlaient et discutaient, Jésus lui-même s’approcha, et il marchait avec eux. (Lc 24, 15)

Heureux ceux qui ne marchent pas seuls sur les chemins de la vie ! Nous prions pour toutes les personnes seules : qu’elles découvrent la présence d’une oreille attentive, d’un cœur plein de tendresse ! Que leur solitude soit irriguée par une source de vie, qu’elle soit aussi habitée par le Christ Ressuscité ! R/ Tu es là, au cœur de nos vies

« Notre cœur n’était-il pas brûlant en nous, tandis qu’il nous parlait sur la route, et qu’il nous faisait comprendre les Écritures ? » (Lc 24, 32)

Seigneur, sois toujours au cœur de ton Église, qu’elle accomplisse sa mission qui consiste à être témoin du Christ Ressuscité : qu’elle propose ta Parole vivante, celle qui apporte chaleur et espérance à ce monde pétrifié par des maux de tout genre ! R/ Tu es là, au cœur

Quand il fut à table avec eux, il prit le pain, dit la bénédiction, le rompit et le leur donna.  (Lc 24, 30)

Nous te rendons grâce pour le sacrement de l’Eucharistie qui est un vrai chemin de l’amour. Tu nous l’as laissé par le biais de l’Église. Qu’elle nous entraîne dans ta manière de te donner ! Seigneur, que chaque fidèle découvre la place si importante de ce précieux sacrement dans sa vie chrétienne ! R/ Tu es là, au cœur de nos vies

8. Oraison

Seigneur, nous croyons que tu nous accompagnes partout où nous vivons : fais-nous savoir nous arrêter à l’auberge de l’Eucharistie pour recevoir ton Fils, afin d’avoir son regard sur ce monde que tu nous donnes ! Que ton Esprit nous entraîne dans le mystère de Pâques et qu’il nous aide à croire que le Christ Ressuscité se donne à nous, qu’il est témoin de ton amour infini pour chacun de nous, qu’il l’ accueille dès maintenant et pour toujours ! Amen.

9. Notre Père

Notre Père, qui es aux cieux,
que ton nom soit sanctifié,
que ton règne vienne,
que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour.
Pardonne-nous nos offenses,
comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés.
Et ne nous laisse pas entrer en tentation
mais délivre-nous du Mal.

Amen.

10. Chercher avec toi, dans nos vies…

À demain !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *