Jour 40 : 7° jour de « Laudato Si »

Heureux celui qui sait que tout est lié et qu’il ne peut construire qu’avec les autres

« Tout est lié », tel aurait pu être le titre de l’encyclique Laudato Si. Cette expression est citée une dizaine de fois ! Le pape François appelle à la conversion intégrale, pas au changement de programme : l’Église, dit-il, n’a pas vocation à être « un substitut à la politique ». L’essentiel est à rechercher dans les clés doctrinales de ce document magistériel, au contenu plus théologique, spirituel et moral qu’économique ou politique. Oui, ce texte engage, mais pas à la marge, car « tout est lié ». Tout est lié : l’Homme et la nature, l’économique, le social et le politique, mais aussi, en l’homme, ses dimensions personnelle, collective, terrestre et transcendante. 

.


1. Signe de croix

Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Amen.

2. Silence

(Prenons quelques instants de silence pour nous mettre en présence de notre Dieu.)

3. « Tout est lié »

– Ce que nous dit l’encyclique

Le pape résume cela ainsi : « L’existence humaine repose sur trois relations fondamentales intimement liées : la relation avec Dieu, avec le prochain, et avec la terre. Selon la Bible, les trois relations vitales ont été rompues, non seulement à l’extérieur, mais aussi à l’intérieur de nous. Cette rupture est le péché. L’harmonie entre le Créateur, l’humanité et l’ensemble de la création a été détruite par le fait d’avoir prétendu prendre la place de Dieu, en refusant de nous reconnaître comme des créatures limitées. Ce fait a dénaturé aussi la mission de “soumettre” la terre (cf. Gn 1, 28), de “la cultiver et la garder” (Gn 2, 15). Comme résultat, la relation, harmonieuse à l’origine entre l’être humain et la nature, est devenue conflictuelle (cf. Gn 3, 17-19). Pour cette raison, il est significatif que l’harmonie que vivait saint François d’Assise avec toutes les créatures ait été interprétée comme une guérison de cette rupture » (n. 66).

– Parabole d’un curé de campagne

Elle est un peu longue cette parabole que nous donne le Père Trevet, mais, soyez persévérant, elle est éclairante !

.

Jésus veut nous aider à apprivoiser toutes nos bêtes intérieures.

4. Enracinement

– Le livre du prophète Isaïe

Lecture du livre du prophète Isaïe 11, 1-9.

Un rameau sortira de la souche de Jessé, père de David, un rejeton jaillira de ses racines.
Sur lui reposera l’esprit du Seigneur : esprit de sagesse et de discernement, esprit de conseil et de force, esprit de connaissance et de crainte du Seigneur – qui lui inspirera la crainte du Seigneur. Il ne jugera pas sur l’apparence ; il ne se prononcera pas sur des rumeurs.

Il jugera les petits avec justice ; avec droiture, il se prononcera en faveur des humbles du pays. Du bâton de sa parole, il frappera le pays ; du souffle de ses lèvres, il fera mourir le méchant. La justice est la ceinture de ses hanches ; la fidélité est la ceinture de ses reins.

Le loup habitera avec l’agneau, le léopard se couchera près du chevreau, le veau et le lionceau seront nourris ensemble, un petit garçon les conduira. La vache et l’ourse auront même pâture, leurs petits auront même gîte. Le lion, comme le bœuf, mangera du fourrage. Le nourrisson s’amusera sur le nid du cobra ; sur le trou de la vipère, l’enfant étendra la main.

Il n’y aura plus de mal ni de corruption sur toute ma montagne sainte ; car la connaissance du Seigneur remplira le pays comme les eaux recouvrent le fond de la mer.

Commentaire

Le secret de cette harmonie du monde des vivants, c’est que « la connaissance du Seigneur remplira le pays comme les eaux recouvrent le fond de la mer ». Cette harmonie entre le Créateur, l’humanité et l’ensemble de la création qui a été détruite par le fait d’avoir prétendu prendre la place de Dieu, en refusant de nous reconnaître comme des créatures limitées, elle a été rétablie par Celui qui s’est comporté en fils se recevant du Père jusque dans la mort. Revenir à notre être de fils et fille de Dieu, c’est là que tout se lie et s’ordonne.

.


– L’évangile

Lecture de l’Évangile selon Saint Matthieu 4, 1-11.

01 Alors Jésus fut conduit au désert par l’Esprit pour être tenté par le diable.
02 Après avoir jeûné quarante jours et quarante nuits, il eut faim.
03 Le tentateur s’approcha et lui dit : « Si tu es Fils de Dieu, ordonne que ces pierres deviennent des pains. »
04 Mais Jésus répondit : « Il est écrit : L’homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. »
05 Alors le diable l’emmène à la Ville sainte, le place au sommet du Temple
06 et lui dit : « Si tu es Fils de Dieu, jette-toi en bas ; car il est écrit : Il donnera pour toi des ordres à ses anges, et : Ils te porteront sur leurs mains, de peur que ton pied ne heurte une pierre. »
07 Jésus lui déclara : « Il est encore écrit : Tu ne mettras pas à l’épreuve le Seigneur ton Dieu. »
08 Le diable l’emmène encore sur une très haute montagne et lui montre tous les royaumes du monde et leur gloire.
09 Il lui dit : « Tout cela, je te le donnerai, si, tombant à mes pieds, tu te prosternes devant moi. »
10 Alors, Jésus lui dit : « Arrière, Satan ! car il est écrit : C’est le Seigneur ton Dieu que tu adoreras, à lui seul tu rendras un culte. »11 Alors le diable le quitte. Et voici que des anges s’approchèrent, et ils le servaient.

Commentaire

L’homme tenté par la consommation ; l’homme qui se sert ; l’homme qui prend selon ses besoins ; l’homme qui veut assouvir toutes ses faims. 

L’homme du défi, prêt à prendre tous les risques pourvu que cela rapporte, qui repousse les limites de la mort, qui pense qu’il peut maîtriser tous les dangers.

L’homme qui veut dominer, être le plus …, qui ne met pas de limites à son pouvoir quitte à « vendre son âme ».

Tout cela parce qu’il n’a pas son centre à la bonne place. Il met son centre en lui. Il se fait Dieu !

Jésus, au contraire, met son centre en la Parole de Dieu, en la volonté du Père. Il se conduit en Fils. L’évangéliste Marc termine son court récit des tentations par cette phrase : « Il vivait parmi les bêtes sauvages, et les anges le servaient. » Conclusion qui renvoie à l’harmonie du texte d’Isaïe.

Rappelons-nous le « Je reviendrai vers mon Père » de la parabole du fils prodigue. Il avait voulu mettre son centre en lui-même (« Père, donne-moi la part d’héritage qui me revient) ; son itinéraire le mène à l’auge des cochons. Alors, il revient à son centre ; il choisit d’être fils, et c’est la fête !

5. Prier comme des fils

– Avec saint Paul

Cette très belle prière de louange de saint Paul nous aidera à nous remettre dans notre centre ( Philippiens 11, 3-14) :

Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ ! Il nous a bénis et comblés des bénédictions de l’Esprit, au ciel, dans le Christ.

Il nous a choisis, dans le Christ, avant la fondation du monde, pour que nous soyons saints, immaculés devant lui, dans l’amour.
Il nous a prédestinés à être, pour lui, des fils adoptifs par Jésus, le Christ.

Ainsi l’a voulu sa bonté, à la louange de gloire de sa grâce, la grâce qu’il nous donne dans le Fils bien-aimé.

En lui, par son sang, nous avons la rédemption, le pardon de nos fautes.

C’est la richesse de la grâce que Dieu a fait déborder jusqu’à nous en toute sagesse et intelligence. Il nous dévoile ainsi le mystère de sa volonté, selon que sa bonté l’avait prévu dans le Christ : pour mener les temps à leur plénitude, récapituler toutes choses dans le Christ, celles du ciel et celles de la terre.

En lui, nous sommes devenus le domaine particulier de Dieu, nous y avons été prédestinés selon le projet de celui qui réalise tout ce qu’il a décidé : il a voulu que nous vivions à la louange de sa gloire, nous qui avons d’avance espéré dans le Christ.

En lui, vous aussi, après avoir écouté la parole de vérité, l’Évangile de votre salut, et après y avoir cru, vous avez reçu la marque de l’Esprit Saint.

Et l’Esprit promis par Dieu est une première avance sur notre héritage, en vue de la rédemption que nous obtiendrons, à la louange de sa gloire.

– avec la prière du Notre Père

Notre Père, qui es aux cieux,
que ton nom soit sanctifié,
que ton règne vienne,
que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour.
Pardonne-nous nos offenses,
comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés.
Et ne nous laisse pas entrer en tentation
mais délivre-nous du Mal.

Amen.

– avec sainte Thérèse d’Avila

.

Aspire au céleste, qui dure toujours. Dieu seul suffit !

6. Concluons notre prière

.

La photo n’est pas très réussie, mais elle permet de voir ce que vous connaissez. Dans le chœur de la basilique, à gauche de l’autel, cette figure que beaucoup prennent pour un ange parce qu’il a des ailes, mais qui est, en fait, la représentation du baptisé.

J’ai ajouté une petite flèche pour attirer votre attention sur l’auréole. Elle a forme de croix. Cette auréole en croix est habituellement réservée aux représentations du Christ. C’est que « le chrétien est un autre Christ. »

À la suite du Christ, notre centre est en Dieu.

Quand nous quittons notre centre, l’harmonie de la création se défait … car « tout est lié ».

.


À demain !

2 commentaires

  1. Bonjour à tous
    Merci pour vos riches enseignements sur la création : tout est lie : l humain et le vivant , l homme et la nature .

    En fait , Dieu suffit à tout celui qui possède dieu ne manque de rien : belle priere de sainte Thérèse d Avilla
    À bientôt et merci
    Fabienne

  2. 05 “Alors, le diable l’emmène à la ville sainte, le place au sommet du Temple”

    Le diable nous place plus haut que le sommet de nos savoirs et connaissances et nous fait croire à notre invulnérabilité.
    L’homme qui se sent trop sûr de lui parce qu’il maîtrise la science et contrôle la matière , fait des avancées technologiques et médicales.
    Et qui d’un coup se fait terrasser par un petit microbe et paralyse le monde entier.
    Ne faudrait-il pas se rappeler avec Peguy pour nous éviter cette peur à la suite de notre vanité que ” les événements dit Dieu c’est moi.C’est moi qui vous caresse ou vous rabotte…C’est moi qui viens, c’est moi qui vous aime, c’est moi, n’ayez pas peur”.
    Et l’on pourrait ajouter avec Saint-Exupéry: “Il n’y a qu’un problème, un seul, redécouvrir qu’il est vie de l’Esprit, plus haute encore que la vie de l’intelligence. La seule qui satisfasse l’homme.”
    Merci à l’abbé Vanesson de nous éclairer dans ce savoir et cette connaissance de Dieu et des autres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *