Jour 48 – 1° jour d’un chemin avec Marie

Nous venons d’égrener les douze écobéatitudes, et nous entrons dans le mois de Marie. C’est donc avec elle que nous allons cheminer les jours qui viennent. Quoi de plus « normal » que d’inaugurer ce temps avec :

Notre Dame d’Avioth

.

C’est la découverte d’une statue de la Vierge qui serait à l’origine de la fondation de ce lieu de culte marial : « C’est (en) ce lieu d’Avioth, où estoit une petite coline ou montagnette espineusse, que fut aparue ceste Sainte Image de la sacrée Virge Marie, trouvée aussi sur une arbre d’espines (…). Et quant à la confection de ceste image, nous n’en pouvons dire aultres chosses (que ce) que j’a tousjours ouy dire et appris de nos ancêstres, qui de leurs ancêstres avoien aussi ouy dire et appris que ceste Saint image, et miraculeusse, avoit esté bastie des anges, envoyée du ciel et trouvée en ce dit lieu […] ».
Une autre légende raconte qu’après son apparition sur le territoire d’Avioth, cette statue fut transportée dans l’église paroissiale Saint-Brice, située non loin du village actuel de Thonne-la-long, mais qu’elle disparut alors pour revenir à son point de départ. C’est, dit-on, ce qui motiva la construction d’un premier sanctuaire à Avioth.

Bienheureuses légendes qui laissent dans le secret l’origine de la Statue pour mieux mettre en valeur la fécondité de Celle que cette statue représente : la Vierge Marie.

Fécondité d’une vierge. Voilà qui est déroutant !

1. Signe de croix

Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Amen.

2. Silence

(Pendant quelques instants de silence, laissons Marie nous conduire vers son Fils qui nous emmène vers le Père.)

3. Entrons dans la prière avec Marie

– Par l’image du buisson d’épines

En son 3° couplet un ancien chant traditionnel d’Avioth faisait chanter à nos anciens : « Sur notre colline, Notre Dame, un jour, sur la blanche épine élut son séjour. Salve regina. » 

Le buisson d’épines du 12° siècle se déclinait en « mauvaises récoltes », « épidémies », « maladies », « invasion des armées ennemies », « mortalité infantile ». Aujourd’hui, devant Marie, chacune et chacun peut décliner son buisson d’épines. Notre buisson d’épines commun se déclinera certainement en confinement difficile, covid 19, difficultés au travail, épreuves familiales, décès de proches, pandémie, peur de demain.

Sur cette « blanche épine » Notre Dame élit son séjour.

.

.

Prions

Marie, nous te prions,
fais-nous découvrir toujours plus profondément l’Esprit,
au milieu des vicissitudes comme au milieu des joies de notre vie.
Nous portons chacun dans notre épreuve : épreuve de santé, épreuve du vieillissement, épreuve du handicap, épreuve de la séparation et du deuil, épreuve de l’arrachement…
Si nous ne les avons pas attendues,
maintenant nous savons qu’il aurait fallu les attendre :
que le Seigneur disposait de nous, comme tu as accepté qu’il dispose de toi,
toujours pour notre bonheur, dans son inlassable amour.
Alors Vierge Marie, nous t’en prions,
permets-nous d’accueillir l’événement comme un don de l’Esprit.
Permets-nous d’accueillir nos joies et nos faiblesses
comme un don de l’Esprit.
Nous te le demandons, Marie,
aide-nous à accueillir ce cœur nouveau fait à l’image de ton cœur,
cet esprit nouveau fait à l’image de l’Esprit qui est venu en toi et t’a comblée.
Que ton âme magnifie encore le Seigneur à travers nos paroles, à travers nos chants.
À ta prière, Marie,
que le Seigneur nous aide à découvrir plus profondément l’Esprit qu’Il nous donne.
Alors avec toi nous attendrons pour demain, pour toute notre vie,
cet Esprit qui transforme tout et nous permet de vivre en toi.
(Mgr Henry L’Heureux, prière publiée dans la revue Prier, mai 1990, p. 22.)


Je te salue, Marie, pleine de grâces, le Seigneur est avec toi ; tu es bénie entre toutes les femmes et Jésus le fruit de tes entrailles est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, prie pour nous, pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort. Amen.

– Tu es bénie entre toutes les femmes ! Tu as été associée intimement à toute l’œuvre de notre Rédemption, associée à la Croix de notre Sauveur; ton cœur a été transpercé, à côté de son cœur. Et maintenant, dans la gloire de Ton Fils, tu ne cesses d’intercéder pour nous, pauvres pêcheurs. Tu veilles sur l’Église dont Tu es la Mère. Tu veilles sur chacun de tes enfants. Tu obtiens de Dieu, pour nous, toutes les grâces à la seule condition que nous osions Te les demander, que nous approchions de Toi avec la confiance, la simplicité d’un enfant. Et c’est ainsi que Tu nous mènes sans cesse vers Ton divin Fils.
Jean-Paul II (31 Mai 1980).

– Par l’autre nom de Marie à Avioth : Notre-Dame du Mont Carmel

Ce nom rappelle le lieu où jadis le prophète Élie avait ramené le peuple d’Israël à adorer le Dieu vivant. La dévotion à Notre Dame du Mont Carmel signifie : un appel spécial à la vie intérieure, qui est par excellence une vie mariale. Notre Dame veut que nous lui ressemblions de cœur et d’esprit. Si nous regardons dans l’âme de Marie, nous allons voir que la grâce en elle a fleuri dans une vie spirituelle d’une richesse incalculable : une vie de recueillement, de prière, d’offrande à Dieu sans interruption, un contact continu et l’union intime avec lui. L’âme de Marie est un sanctuaire réservé à Dieu seul, où aucune créature humaine n’a jamais laissé sa trace, où l’amour et le zèle pour la gloire de Dieu et le salut de l’humanité règnent en maîtres. […] Ceux qui veulent vivre leur dévotion à Notre Dame du Mont Carmel au complet doivent suivre Marie dans les profondeurs de sa vie intérieure.

Avec elle, entrons dans le mystère de son Fils.

.

Permets-nous d’accueillir nos joies et nos faiblesses comme un don de l’Esprit.

Je te salue, Marie, pleine de grâces, le Seigneur est avec toi; tu es bénie entre toutes les femmes et Jésus le fruit de tes entrailles est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, prie pour nous, pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort. Amen.

– Avec l’Évangile

Évangile selon Saint Luc, chapitre 1

28 L’ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. »
29 À cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation.
30 L’ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu.
31 Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus.
32 Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ;
33 il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. »
34 Marie dit à l’ange : « Comment cela va-t-il se faire puisque je ne connais pas d’homme ? »
35 L’ange lui répondit : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, il sera appelé Fils de Dieu.
38 Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole. » Alors l’ange la quitta.

.

Chapitre 2

48 En le voyant, ses parents furent frappés d’étonnement, et sa mère lui dit : « Mon enfant, pourquoi nous as-tu fait cela ? Vois comme ton père et moi, nous avons souffert en te cherchant ! »
49 Il leur dit : « Comment se fait-il que vous m’ayez cherché ? Ne saviez-vous pas qu’il me faut être chez mon Père ? »
50 Mais ils ne comprirent pas ce qu’il leur disait.
51 Il descendit avec eux pour se rendre à Nazareth, et il leur était soumis. Sa mère gardait dans son cœur tous ces événements.
52 Quant à Jésus, il grandissait en sagesse, en taille et en grâce, devant Dieu et devant les hommes.

Commentaire

Pour ma part, je retiens, pour cette fois, seulement deux phrases : « Mais ils ne comprirent pas ce qu’Il leur disait » puis « Sa mère gardait dans son cœur tous ces événements. »
Cela me semble deux clés importantes pour la vie spirituelle : accepter de ne pas tout comprendre, mais garder dans son cœur … parce qu’on fait confiance à Celui qui nous a appelés.
Dans ce temps de prière, nous avons prié avec cette phrase : « Alors Vierge Marie, nous t’en prions, permets-nous d’accueillir l’événement comme un don de l’Esprit. Permets-nous d’accueillir nos joies et nos faiblesses comme un don de l’Esprit. »

.


4. Élargissons notre prière

Glissons notre prière dans celles de cet immense cortège de pèlerins qui viennent à Avioth prier Marie depuis 9 siècles sans interruption. Soutenus par cette foule de priants, confions à Marie nos intentions : (chacune et chacun confie à Marie)

Ensemble :

Je te salue, Marie, pleine de grâces, le Seigneur est avec toi ; tu es bénie entre toutes les femmes et Jésus le fruit de tes entrailles est béni. Sainte Marie, Mère de Dieu, prie pour nous, pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort. Amen.

5. Notre Père

Notre Père, qui es aux cieux,
que ton nom soit sanctifié,
que ton règne vienne,
que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour.
Pardonne-nous nos offenses,
comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés.
Et ne nous laisse pas entrer en tentation
mais délivre-nous du Mal.

Amen.

6. Salve regina

.


À demain !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *