Jour 6 : « Veux-tu être guéri ? »

Merci de vos encouragements. Rendons-grâce au Seigneur pour son œuvre dans nos cœurs.

Et nous poursuivons notre chemin avec Saint Jean ou plutôt avec Jésus qui nous conduit aux chemins de la foi.

1. Signe de croix

Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Amen.

2. Silence

(Je me recueille en marquant un temps de silence où je me mets en présence de Dieu qui est Présence.)

3. Entrons dans la prière de l’Église

« L’amour est votre unique loi, prenez sans crainte ses passages »
Chantons en Église

Prière à l’Esprit-Saint

Esprit-Saint, comment Te nommer,
Toi qui n’as pas de visage,
Toi qui n’es ni le Père ni le Fils
mais leur amour.
Les mots dont on Te désigne
sont ceux qui m’ont toujours séduit :
Esprit de vérité, Esprit d’amour.
Toi qui les unis en Toi
donne-moi de chercher à les unir en moi. 

Esprit-Saint, Toi qui es
l’inspirateur de tout ce qui commence,
Toi qui donnes la patience
dans les délais et les retards,
Toi qui nous aides à recommencer sans cesse,
Toi qui nous permets de finir,
sois l’hôte invisible,
l’hôte inconnu de toute l’histoire humaine. 

Toi qui es la douceur de ce qui est fort
et la force de ce qui est doux,
Toi qui agis dans le secret des profondeurs,
Toi qui sais ce qu’est dans nos cœurs
un espoir déçu, un amour trahi,
une séparation entre ceux qui se sont aimés,
Toi qui as si bien fait ce qui fut fait, refais ce qui a été défait.

Toi qui es la voix de nos silences,
le gémissement de nos prières,
viens, Esprit Créateur, re-créateur.

4. Évangile

Évangile de Jésus-Christ selon saint Jean (5 /1 – 16)

À l’occasion d’une fête juive,
Jésus monta à Jérusalem.
Or, à Jérusalem, près de la porte des Brebis,
il existe une piscine qu’on appelle en hébreu Bethzatha.
Elle a cinq colonnades,
sous lesquelles étaient couchés une foule de malades,
aveugles, boiteux et impotents.
Il y avait là un homme qui était malade depuis trente-huit ans.
Jésus, le voyant couché là,
et apprenant qu’il était dans cet état depuis longtemps,
lui dit :
« Veux-tu être guéri ? »
Le malade lui répondit :
« Seigneur, je n’ai personne
pour me plonger dans la piscine
au moment où l’eau bouillonne ;
et pendant que j’y vais,
un autre descend avant moi. »
Jésus lui dit :
« Lève-toi, prends ton brancard, et marche. »
Et aussitôt l’homme fut guéri.
Il prit son brancard : il marchait !
Or, ce jour-là était un jour de sabbat.
Les Juifs dirent donc à cet homme que Jésus avait remis sur pied :
« C’est le sabbat !
Il ne t’est pas permis de porter ton brancard. »
Il leur répliqua :
« Celui qui m’a guéri, c’est lui qui m’a dit :
“Prends ton brancard, et marche !” »
Ils l’interrogèrent :
« Quel est l’homme qui t’a dit :
“Prends ton brancard, et marche” ? »
Mais celui qui avait été rétabli
ne savait pas qui c’était ;
en effet, Jésus s’était éloigné,
car il y avait foule à cet endroit.

Plus tard, Jésus le retrouve dans le Temple et lui dit :
« Te voilà guéri.
Ne pèche plus,
il pourrait t’arriver quelque chose de pire. »
L’homme partit annoncer aux Juifs
que c’était Jésus qui l’avait guéri.
Et ceux-ci persécutaient Jésus
parce qu’il avait fait cela le jour du sabbat.

– Acclamons la Parole de Dieu.

5. Commentaire

Jésus commence son ministère en Galilée.

En 2/13 – Puis, comme la Pâques juive approchait, Jésus monta à Jérusalem. Il fait un petit tour en Judée. Puis en 4/3, il quitte la Judée pour retourner en Galilée. Pour cela, il doit traverser la Samarie. Il reste deux jours chez les Samaritains, puis il poursuit son voyage. Il arrive à Cana. C’est là qu’il guérit le fils du fonctionnaire royal.

Et nous voilà au chapitre 5 où, à l’occasion d’une fête juive dont Jean ne nous dit pas le nom, il monte à nouveau à Jérusalem. On peut déjà se dire que Jésus ne ménage pas sa peine.

Il n’a guère fréquenté les lieux religieux – une fois le temple de Jérusalem, mais c’est pour en chasser les vendeurs. Son lieu c’est la route ; son insistance, c’est la rencontre ; il s’adonne aux rencontres les plus inattendues et improbables. Toujours à la recherche de la brebis perdue. Toujours pour « remettre l’Homme sur pieds ».

Si vous ne l’avez pas encore rencontré, il finira bien par croiser votre chemin. Regardez, ce paralytique de Béthzatha ne lui demande rien (pas plus que l’aveugle, dimanche), il ne le connait même pas. C’est Jésus qui le repère : « le voyant couché là », il se renseigne ; on lui dit qu’il est là depuis longtemps. 38 ans ! « Veux-tu être guéri ? »

On peut s’étonner de la question, mais elle n’est pas si innocente. Au bout de 38 années de tentatives infructueuses, le paralytique pourrait ne plus y croire. Il y a toujours eu quelqu’un qui est passé devant lui, lui volant l’occasion de sa vie. Pourquoi cet homme s’arrête-t-il pour engager la conversation ? D’ailleurs, il ne répond pas directement, il biaise. « Je n’ai personne pour me plonger dans la piscine ». Et puis, ce n’est pas de ma faute : « Il y a toujours quelqu’un avant moi ».

« Veux-tu être guéri ? » La question est bien réelle. Parfois, on s’est tellement habitué à une situation bancale que, en changer exigerait de changer beaucoup de choses dans notre vie. Je me souviens de ce couple à qui je proposai une retraite en couple, et qui me répondit : « Écoute, ça ne va pas trop mal comme ça, alors ne vient pas remuer les problèmes ! »

Il arrive, c’est vrai qu’on ne veuille pas guérir. Guérir est un combat ! Regardons la pandémie d’aujourd’hui. « Voulez-vous guérir ? » Alors, il faudra réfléchir à votre style de vie – remettre en cause une organisation économique – renoncer, peut-être, à un certain type de confort. Que sais-je ?

Le Seigneur ne fera rien sans nous. La question qui nous est posée est celle de notre désir et des moyens à mettre en œuvre : 1) Prends ton brancard : N’oublie pas d’où tu viens. 2) Et marche ; marche par toi-même – deviens responsable de ta vie. La guérison est une grâce qu’il faut savoir demander. Dieu veut des Hommes libres, mais libres pour aimer, libres pour servir, libres pour se donner. Jésus vient « remettre sur pieds », donner la capacité de marcher et de tenir debout.

Certains commentateurs pensent que les 38 ans de paralysie pourraient être une allusion à Deutéronome 2/14 qui évoque la longue marche du peuple d’Israël dans le désert : « 14 De Cadès-Barnéa au passage du torrent de Zéred, notre marche a duré trente-huit ans, jusqu’à ce que disparaisse toute la génération des hommes de guerre, ainsi que le Seigneur l’avait juré. » Dieu invite son peuple à se décider à entrer en terre promise :  24 « Debout ! Levez le camp et passez le torrent de l’Arnon ! Vois ! J’ai livré entre tes mains Séhone l’Amorite, roi de Heshbone, ainsi que son pays. Commence à prendre possession de ton héritage. Engage le combat. »

La foi chrétienne est vraiment la « religion de l’Homme » ! Ce qui conduira à la persécution de Jésus. 

6. Psaume

R/ Il est avec nous, le Dieu de l’univers ;
citadelle pour nous, le Dieu de Jacob !

Dieu est pour nous refuge et force, secours dans la détresse, toujours offert.
Nous serons sans crainte si la terre est secouée, si les montagnes s’effondrent au creux de la mer.

Le Fleuve, ses bras réjouissent la ville de Dieu, la plus sainte des demeures du Très-Haut.
Dieu s’y tient : elle est inébranlable ; quand renaît le matin, Dieu la secourt.

Il est avec nous, le Seigneur de l’univers ; citadelle pour nous, le Dieu de Jacob !
Venez et voyez les actes du Seigneur, il détruit la guerre jusqu’au bout du monde.

7. Prière universelle

  • Notre Pape François parle souvent d’une « Église en sortie », l’invitant à « rejoindre les périphéries ». Il compare l’Église à un « hôpital de campagne ». Demandons la guérison pour l’Église quand elle « fait peser sur les épaules des gens le fardeau des principes et des jugements moraux.

R : Ô Seigneur, envoie ton Esprit qui renouvelle la face de la terre.

  • Dans ce temps de confinement, confions au Seigneur une ou deux personnes « en état de paralysie sociale » à qui nous pourrions, aujourd’hui, donner un coup de téléphone. Que le Seigneur soit présent à cette rencontre.

R : Ô Seigneur, envoie ton Esprit qui renouvelle la face de la terre.

  • Pour celles et ceux qui portent aujourd’hui de lourdes responsabilités dans les domaines de la santé et de la conduite du pays. Que le Seigneur leur donne clairvoyance et force.

R : Ô Seigneur, envoie ton Esprit qui renouvelle la face de la terre.

  • Pour notre communauté sur la toile. Que la fréquentation journalière de la Parole de Dieu nous fasse grandir dans la foi, l’espérance et la charité.

R : Ô Seigneur, en voie ton Esprit qui renouvelle la face de la terre.

  • Pour nos frères et sœurs défunts de ces jours-ci, et pour leurs familles blessées dans leur affection. Que nous sachions trouver les moyens d’exprimer la compassion qui aide à « se remettre sur pieds ».

R : Ô Seigneur, envoie ton Esprit qui renouvelle la face de la terre.

8. Notre Père

Notre Père, qui es aux cieux,
que ton nom soit sanctifié,
que ton règne vienne,
que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour.
Pardonne-nous nos offenses,
comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés.
Et ne nous laisse pas entrer en tentation
mais délivre-nous du Mal.

Amen.

9. Je vous salue Marie

Je vous salue Marie,
pleine de grâces,
le Seigneur est avec vous !
Vous êtes bénie entre toutes les femmes
et Jésus, le fruit de vos entrailles, est béni.
Sainte Marie,
Mère de Dieu,
priez pour nous,
pauvres pécheurs
maintenant et à l’heure de notre mort.
Amen.

10. Chant

À demain

3 commentaires

  1. Viens Esprit Saint,
    Amour infini du Père et du Fils,
    Vent qui renouvelle la face de la terre,
    et qui m’atteint au plus intime, jusqu’à la moelle de mes os,
    Esprit d’Amour, et de vérité., et de sainteté….

    Est-ce que je veux être guérie??? Humblement, oui,
    dans la Confiance en l’Amour qui me sonde et me connaît.
    Amen.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *